Logo de la Revue de Médecine Vétérinaire

Site Web de la Revue de Médecine Vétérinaire

Détail de l'article

[Retour]

Pour les articles publiés à partir de janvier 2000, vous pouvez accéder à l'article complet au format pdf en cliquant sur "pdf" dans la rubrique "Liens" du tableau.

Année : 1999
Tome : 150
Volume : 3
Pages : 221-232
Titre : Pasteurelloses du lapin : revue
Auteurs : M. KPODÉKON, F. RIDEAUD et P. COUDERT
Résumé : La pasteurellose est l'une des maladies bactériennes les plus fréquentes et graves chez le lapin aussi bien en élevage qu'en animalerie de laboratoire. Elle est caractérisée surtout par une atteinte de l'arbre respiratoire et par des affections purulentes d'autres organes voire par des entérites ou une septicémie. Cette pathogénie multiple a donné lieu à de nombreuses études dès la fin du XIXéme siècle. Quasiment tous les lapins sont porteurs de Pasteurella multocida. La maladie apparait sous sa forme aiguë le plus souvent lorsque les facteurs environnementaux (taux d'ammoniac, vitesse de l'air) deviennent défavorables. L'épidémiologie de la pasteurellose varie avec le type d'élevage (fermier, laboratoire, professionnel) et avec les souches. Dans les élevages professionnels, la principale source d'infection est constituée par le portage sain chez le lapin lui même. Les reproducteurs constituent les réservoirs constants de pasteurelles à l'intérieur même de l’élevage et entre les élevages via les opérations commerciales. La transmission aérienne ne joue pas de rôle majeur et les lapereaux se contaminent essentiellement au contact de leur mère à la fin du sevrage. La fin de la gestation est également une période d'extériorisation de la maladie chez les femelles. On isole des pasteurelles dans l'oreille moyenne des reproductrices dans plus de 60 % des cas. Cette localisation asymptomatique joue un rôle majeur dans l'épidémiologie. Pasteurella multocida est l'unique Pasteurelle trouvée chez le lapin. La bactériologie des pasteurelles, leur conservation et leur identification est difficile. De très nombreuses souches peuvent être caractérisées soit par leurs sérotypes capsulaires et somatiques(deux méthodes), soit par leurs caractères biochimiques, soit enfin par leur pouvoir pathogène. Il y a peu, voire pas, de relation entre le sérotype et le pouvoir pathogène chez le lapin. Il existe des souches quasiment apathogènes qui se caractérisent par l'absence d'ornithine décarboxylase (ODC) et une très petite taille des colonies. Toutes les souches ODC+ sont pathogènes à des degrés divers. Les symptômes et lésions sont essentiellement une atteinte de l'arbre respiratoire et/ou des formes abcédatives de la peau, des mamelles, de l'oreille moyenne, de l'utérus, etc Chez le lapin en engraissement, l'origine pasteurellique des entérites est rarement diagnostiquée mais probablement plus fréquente qu'on ne le croit. Les formes septicémiques décrites en …(résumé coupé)
Mots clés : pasteurellose, Pasteurella multocida, pathologie, épidémiologie, traitement, prophylaxie, lapin
Correspondance : P. COUDERT
Adresse : Institut National de la Recherche Agronomique, Station de Pathologie Aviaire et de Parasitologie, Unité de Pathologie du Lapin, F-37380 Nouziliy

[Retour]