Logo de la Revue de Médecine Vétérinaire

Site Web de la Revue de Médecine Vétérinaire

Détail de l'article

[Retour]

Pour les articles publiés à partir de janvier 2000, vous pouvez accéder à l'article complet au format pdf en cliquant sur "pdf" dans la rubrique "Liens" du tableau.

Année : 1995
Tome : 146
Volume : 6
Pages : 421-426
Titre : Signification diagnostique de l'ammoniérmie chez le chien
Auteurs : L. RETS-DESMERIE, O. DOSSIN, D. CONCORDET, J.F. GUELFI, D. ECLACHE et J.P. BRAUN
Résumé : L'ammoniémie a été mesurée à l'aide de réactifs stabilisés unitaires(émulsions mufti-couches) chez 310 chiens de races, sexes et âges variés, en bonne santé ou atteints d'affections déterminées. Les valeurs usuelles ne dépendent ni de l'âge (sauf chez les nouveau-nés chez lesquels elles sont près de deux fois supérieures), ni du sexe, ni de la taille : elles étaient de 43 ± 6 µmol/l (m ± SD). En utilisant la limite de 60 µmol/l comme limite de discrimination, aucune élévation n'a été observée dans les affections oculaires, traumatiques, cutanées, endocriniennes, génitales, nerveuses, pancréatiques et urinaires. Chez les sujets présentant des affections hépatiques seules ou associées à d'autres affections, la spécificité est élevée : 0,95 et la sensibilité faible : 0,25. II en résulte que la valeur prédictive négative de ce test est assez faible; en revanche, sa valeur prédictive positive dépasse 0,50 dès que la probabilité pré-test dépasse 0,16. C'est donc un test inutile dans toutes les situations de dépistage où la probabilité pré-test est faible mais utile pour participer au diagnostic de certaines affections hépatiques lorsque la probabilité pré-test est comprise entre 0,25 et 0,75.
Mots clés : plasma - affections hépatiques - ammoniac - chien.
Correspondance : O. DOSSIN
Adresse : Département des Sciences cliniques des animaux de sport et de loisirs, École Nationale Vétérinaire, 23, Chemin des Capelles, F-31076 Toulouse Cedex

[Retour]