Logo de la Revue de Médecine Vétérinaire

Site Web de la Revue de Médecine Vétérinaire

Détail de l'article

[Retour]

Pour les articles publiés à partir de janvier 2000, vous pouvez accéder à l'article complet au format pdf en cliquant sur "pdf" dans la rubrique "Liens" du tableau.

Année : 2010
Tome : 161
Volume : 1
Pages : 43-48
Titre : Comparaison de l’intensité du stress oxydatif lors d’une chimiothérapie seule ou associée à un traitement antioxydant dans les tumeurs mammaires canines spontanées
Auteurs : I. TODOROVA, D. DINEV
Résumé : Comme beaucoup d’agents anticancéreux exercent leur action cytotoxique par des mécanismes radicalaires, il est probable qu’une administration conjointe d’antioxydants puisse diminuer les effets secondaires d’une chimiothérapie. L’objectif de cette étude a été d’évaluer les statuts oxydants et antioxydants des chiens présentant des adénocarcinomes mammaires traités, après exérèse des tumeurs, soit par chimiothérapie (épirubicine et cyclophosphamide) seule (groupe I, n = 7), soit par chimiothérapie couplée à une supplémentation en vitamines anti-oxydantes C et E (groupe II, n = 7) en suivant au cours du temps les concentrations en malonedialdéhyde (MDA), en tocophérols et en ascorbate et l’activité de la catalase (CAT) dans le sérum ainsi que la concentration de glutathion réduit (GSH) et l’activité de la superoxyde dismutase (SOD) dans les érythrocytes. L’administration conjointe d’antioxydants et d’agents anticancéreux a permis de nettement diminuer la quantité circulante de produits issus de la peroxidation lipidique (MDA). Parallèlement, les antioxydants intra-érythrocytaires ont été recrutés (diminution des concentrations de GSH et augmentation de l’activité SOD) tandis que les antioxydants sériques sont restés constants (vitamine C) ou ont diminué (vitamine E) durant la durée de la chimiothérapie. Quinze jours après la fin du traitement, les concentrations sériques en vitamine C sont devenues significativement plus élevées chez les chiens supplémentés alors que celles en vitamine E sont restées encore faibles. Ces résultats suggèrent qu’un traitement antioxydant associé à la chimiothérapie diminue l’intensité du stress oxydatif en promouvant l’utilisation des systèmes antioxydants tissulaires ainsi que les échanges avec le stock antioxydant sanguin.
Mots clés : Chien, adénocarcinome mammaire, épirubicine, cyclophosphamide, stress oxydatif, antioxydants, glutathion, vitamines, superoxyde dismutase
Correspondance : I. TODOROVA
Adresse : Department of Veterinary Surgery, Faculty of Veterinary Medicine, Trakia University, 6 000 Stara Zagora, BULGARIA. *Corresponding author: irkatodorova@abv.bg
Liens : pdf

[Retour]