Logo de la Revue de Médecine Vétérinaire

Site Web de la Revue de Médecine Vétérinaire

Détail de l'article

[Retour]

Pour les articles publiés à partir de janvier 2000, vous pouvez accéder à l'article complet au format pdf en cliquant sur "pdf" dans la rubrique "Liens" du tableau.

Année : 1998
Tome : 149
Volume : 2
Pages : 155-160
Titre : Confirmation de la durée d'action d'une injection unique de doramectine vis-à-vis des strongles gastro-intestinaux des bovins
Auteurs : J. GOSSELLIN.
Résumé : Un essai a été conduit en France en 1992 dans le but de confirmer, dans les conditions du terrain, les durées d'action de la doramectine sur les strongles gastro-intestinaux des bovins, et de les comparer dans les mêmes conditions à celles de l'ivermectine. Des bovins en première saison de pâturage, conduits sur une même pâture où ils s'étaient naturellement infestés depuis la mise à l'herbe, ont été répartis en deux groupes de 21 animaux au démarrage de l'essai, deux mois après la mise à l'herbe. En même temps, les animaux ont reçu une injection de doramectine pour un groupe et une injection d'ivermectine pour l'autre groupe. Les animaux des deux lots ont ensuite été maintenus sur la même pâture pour la durée de l'essai. Les critères de comparaison entre les deux traitements étaient le délai de ré-excrétion des oeufs de strongles, l'excrétion cumulée d'oeufs de strongles et le résultat des coprocultures. La contamination du pâturage en larves infestantes de strongles était également suivie. Aucun bovin des deux lots n'a présenté de signes cliniques de strongylose gastro-intestinale. L'injection de doramectine a permis de prévenir la réexcrétion des oeufs d'Ostertagia spp et de Cooperia spp pendant 42 à 56 jours. Ce délai était supérieur de 20 jours à celui obtenu avec l'ivermectine (22 à 36 jours) dans les mêmes conditions. L'excrétion cumulée d'oeufs de strongles était significativement plus faible dans le lot traité avec la doramectine que dans le lot traité avec l' ivermectine de J.41 jusqu'à la fin de l'essai (J.125). Ces résultats confirment ceux obtenus pour la doramectine en études expérimentales, où les infestations par Ostertagia ostertagi et Cooperia oncophora étaient alors prévenues pendant respectivement 21 à 28 jours et 14 à 21 jours. De même, pour l'ivermectine les données sont cohérentes avec plusieurs études expérimentales précédemment menées.
Mots clés : doramectine - ivermectine - strongyloses -anthelminthiques - bovins.
Correspondance : J. GOSSELLIN.
Adresse : Pfizer Santé animale, Développement clinique européen, 86, rue de Paris, F-91407 Orsay cedex

[Retour]