Logo de la Revue de Médecine Vétérinaire

Site Web de la Revue de Médecine Vétérinaire

Détail de l'article

[Retour]

Pour les articles publiés à partir de janvier 2000, vous pouvez accéder à l'article complet au format pdf en cliquant sur "pdf" dans la rubrique "Liens" du tableau.

Année : 2008
Tome : 159
Volume : 11
Pages : 575-578
Titre : Protéine prion et créatinine plasmatique chez les chiens insuffisants rénaux
Auteurs : C. VIGUIE, N. PICARD-HAGEN, V. GAYRARD, E. BALME, A. DIQUELOU, H. P. LEFEBVRE AND P. L. TOUTAIN
Résumé : La protéine prion cellulaire est considérée comme un substrat nécessaire à la formation de la protéine prion anormale, associée au caractère infectieux de la maladie. C’est pourquoi, l’identification de facteurs physiopathologiques susceptibles d’augmenter les niveaux de PrPC est essentielle pour déterminer les facteurs de risque des maladies à prion. L’objectif de cette étude est de caractériser la relation entre l’altération de la fonction rénale et la concentration de PrPC plasmatique chez le chien. Dans une première expérience, la relation entre les concentrations plasmatiques de créatinine et de PrPC a été évaluée chez 21 chiens sains et chez 26 chiens présentant une insuffisance rénale spontanée. Dans une seconde expérience, l’effet de l’insuffisance rénale subclinique, induite chirurgicalement, sur les niveaux de PrPC a été déterminé sur 16 chiens. Les concentrations plasmatiques de PrPC ont été mesurées par ELISA et des marqueurs de la fonction rénale ont été évalués. Les concentrations plasmatiques basales de protéine prion ont été multipliées par trois chez les chiens présentant une insuffisance rénale spontanée et chez les chiens présentant une altération de la fonction rénale contrôlée chirurgicalement, comparativement aux chiens sains. Les concentrations plasmatiques de PrPC ont été corrélées à celles de créatinine chez les chiens présentant une insuffisance rénale chronique. Le dysfonctionnement rénal, en augmentant le niveau de PrPC plasmatique, pourrait constituer un facteur physiopathologique de risque important des maladies à prion.
Mots clés : Protéine prion, insuffisance rénale, créatinine, chien, rein
Correspondance : L. TOUTAIN
Adresse : UMR181 Physiopathologie et Toxicologie Expérimentales, INRA, ENVT, Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse, 23, chemin des Capelles, BP 87614, 31076 Toulouse cedex, FRANCE. E-mail : pl.toutain@envt.fr
Liens : pdf

[Retour]